Le métier de danseur

Quand on vit intensément la passion de la danse classique, comme moi et comme beaucoup de lecteurs ici, on a un jour ou l’autre l’idée d’en faire son métier, surtout autour de 10-15 ans. Quelle jeune fille n’a pas rêvée d’être danseuse soliste, en tutu, saluer après un grand ballet ou danser un grand pas de deux avec un beau partenaire ?

Ça s’appelle un rêve… très, très éloigné de la réalité. Or je pense qu’il est bon d’avoir une idée de la réalité : danseur est un métier des plus précaires.

Les danseurs sont 500 en France à en vivre, principalement en compagnies classiques, c’est-à-dire dans les divers opéras de France (dont 152 à l’Opéra de Paris).

500 ! Nous sommes 65 millions de Français. Rien que sur Passion Ballet, vous êtes 30 000 lecteurs par mois. Vous réalisez ?

Le nombre total de danseurs professionnels est estimé à 5 000  ou 6 000, qui ne vivent pas de leur art : tous ceux qui ne sont pas en compagnie sont intermittents du spectacle et travaillent en moyenne 50 jours par an. La vie de danseur intermittent du spectacle est difficile : pour garder ce statut qui permet de continuer à toucher une indemnité en période d’inactivité, il faut valider suffisamment d’heures de travail dans l’année, sinon on le perd. Trouver du travail, ça veut dire continuer à payer des cours pour entretenir son niveau (un danseur doit s’entraîner quotidiennement), payer ses chaussons, payer l’inévitable kiné ou ostéo, passer des auditions – et croyez-moi pas forcément pour ce dont vous rêviez : animation de soirées privées (mariages, fêtes diverses…), spectacles pour enfants, cabarets, parcs d’attraction (100 danseurs travaillent à Disneyland Paris), figuration ou danse dans des comédies musicales ou sur des plateaux télés… Ceux qui veulent être en compagnie peuvent tenter leur chance dans les compagnies étrangères, en Europe ou au-delà, ce qui implique de gros frais de voyage, et de tout quitter si on est embauché.

Danseur est un métier-passion. On choisit de l’exercer parce qu’on ne peut pas vivre sans, parce que c’est comme respirer, c’est indispensable à sa vie. Quand on aime la danse, mais pas tout à fait à ce point, mieux vaut choisir un parcours de danseur amateur avancé (rien n’empêche d’atteindre un excellent niveau en amateur !) et s’assurer un métier à côté. Il existe de nombreux compagnies amateurs si la scène vous attire, ça ne gagne rien ou presque mais peu importe puisque vous avez un autre métier et que la danse est un loisir.

Comme vous le voyez, les rêves de danseuse étoile c’est très beau, mais c’est de l’imaginaire. Quand on est ado, on aime bien se dire qu’il faut croire très fort en ses rêves et que si on donne tout, ils pourront se réaliser. En fait, ce n’est pas vrai… et pourtant, c’est bien d’essayer et il faut continuer. En gardant la tête sur les épaules !

 Sources : 

Ces articles devraient vous intéresser :

Ce contenu a été publié dans La danse classique en pratique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

20 réponses à Le métier de danseur

  1. labzaé dit :

    Je pense que si on a commencé la danse tard mais qu’on a un vrai don alors on peut se lancer dans ce métier certes on ne va pas entrer dans une compagnie mais qui vous dit qu’un « dénicheur de talent » ou un(e) danseur(se) professionnel ne va pas vous remarquer et se sera a ce moment là peut-être que votre carrière décollera.

  2. lovedance dit :

    oui c’est vrai mais c’est très dur

  3. labzaé dit :

    C’est sur! Grin
    Mais je pense aussi qu’avec une énorme volonté on peut aussi devenir professionnel .

  4. labzaé dit :

    Je voulais plutôt dire détermination désolé Wink

  5. lovedance dit :

    t’as raison ça compte beaucoup c’est la détermination qui nous mène jusqu’au bout Big Smile

  6. la fan de danse classique ! dit :

    Smile Vous avez raison !

  7. lovedance dit :

    est ce que les danseurs gagnent bien leur vie ?

    • Lylie dit :

      Bonjour Lovedance,
      un métier précaire signifie un métier qui permet difficile de gagner sa vie. Les danseurs gagnent peu, sauf s’ils ont un statut international où s’ils sont étoiles ou solistes d’une compagnie comme l’Opéra.

  8. lovedance dit :

    Y a t-il beaucoup de concurrence entre les danseurs classiques professionnels? Merci Smile Bonnes vacances! Airplane

  9. OliviaLaRêveuse dit :

    Jamais un article m’a autant deprimé

    • Lylie dit :

      Je sais que ce n’est pas joyeux, mais c’est important d’être réaliste. Sur Internet, on peut lire plein d’échanges entre adolescentes qui se disent des choses comme « si tu y crois vraiment tu peux y arriver », « il suffit de le vouloir »… Et ce n’est pas vrai ! Ce que je pense, c’est qu’aujourd’hui quasiment n’importe qui peut suivre une formation de danseuse (il existe plein plein d’écoles privées dans lesquelles tout le monde peut trouver sa place, la sélection se fait sur l’argent, il faut avoir les moyens ou obtenir une bourse / Il y a aussi de bons profs partout dans le monde qui peuvent te faire monter en niveau très correctement). Le problème c’est de trouver du travail après sa formation, d’être payée pour, tu comprends ? La politique culturelle et l’absence de moyens financiers fait qu’en danse classique et néoclassique il est plus difficile de faire carrière aujourd’hui qu’il y a quelques générations car il y a moins de compagnies qu’avant, et parce que l’argent qui reste va vers la création contemporaine.
      Personnellement, je trouve ça insensé que des jeunes paient des formations à 3000, 4000 euros par an ET pendant plusieurs années, sans être sûr de trouver un travail rémunérateur après. 4000 euros c’est le prix d’une école supérieure de commerce !
      Il existe des compagnies amateurs ou semi-professionnelles, ça n’a pas le prestige d’un opéra mais ça donne beaucoup plus de liberté de création, on peut y faire de très belles choses. Ca n’assure pas un salaire complet dans la majorité des cas, donc il faut compléter par un métier (ou épouser un homme riche Wink ). Tu peux devenir prof de danse, prof de fitness, de Pilates, coach sportif, etc etc… ou carrément faire un métier sans rapport avec la danse ou le sport. Quoi qu’il en soit il faudra un métier, car celui de danseuse, même s’il démarre bien, se termine très tôt dans la vie par rapport à la moyenne. La retraite officielle des danseurs opéra est à 42 ans, mais il est fréquent d’arrêter la scène bien avant, dès 30 ans.

  10. Petit rat de l'opéra dit :

    Bonjour les filles ceci est un message important je vous prie de le lire en entier :
    Vous avez toujours eu envie de faire partis des élèves. de l’opéra ? Saviez vous que nous avons jusqu’à 13 ans pour passer le test ? Et bien tous ceux qui voudrait passer le test ou qui vont le passer l’année prochaine ou les gens qui s’y connaissent ou encore tous autres personne . Je vous informe que je voudrais créer un forum qui soutiendra les gens qui voudrait y participer ou qui vont le passer l’année.il y aura des aides ou tous autres .mais j’aurai besoin de VOUS passionner de danse même ceux qui ne veulent pas entrer à l’opéra ou qui vont ont passer l’âge pour Créer ce forum . Faites passer ce message et si besoin je vous donnerai mon email . Je répondrai à tous vos messages .

    Ps : Passionballet est un site formidable .

    • Foulde dit :

      Bonjour nous sommes a j moins deux pour la seconde audition des enfants de moins de treize ans qui souhaitent rentrer par le biais du stage d’un an! A l’opera de Paris De quelles aides parles tu???? Qui connait le déroulement de cette audition et les critéres recherchés pour la sélection????

  11. Lucile dit :

    Salut moi je sais que j’ai 0,1 % d’être danseuse mais je pensais a être prof de danse
    Qui est prof?Dans quelle filière aller?Quel bac passer?
    Réponse svp

Laisser un commentaire