pointes Bloch

Les pointes Bloch en 2015 – épisode 2

Voici la suite de l’épisode 1.

logoblochMerci au magasin Bloch Paris pour les photos et descriptifs précis de ces chaussons.

Avec cet article, je teste une nouvelle fonctionnalité qui permet d’intégrer directement le contenu de la page Facebook de Bloch dans mon article. Si jamais vous recontrez des problèmes de lecture ou d’affiche, merci de l’écrire en commentaire et je chercherai à améliorer la lecture.

Les pointes Bloch en 2015 – épisode 1

Les marques de pointes évoluent et c’est bien. Voici les pointes qui sont actuellement au catalogue de la marque BLOCH.

La pointe Hannah :

Déjà évoquée ici, c’est une pointe plutôt souple qui semble idéale pour débuter.

La pointe Amelie Soft :

Semelle relativement souple et légèrement incurvée – facilite l’apprentissage de la montée sur pointe et le travail de déroulé du pied. La colle utilisée pour durcir la semelle et la boîte permet au chausson de se modeler rapidement à la forme du pied de la danseuse.
Empeigne légèrement en V de hauteur moyenne – soutient le pied et l’aide à trouver sa stabilité sur pointe, tout en facilitant le passage par la demi-pointe.
Plateforme large – offre une bonne stabilité une fois sur pointe.
Boîte fuselée et légèrement inclinée – soutient les orteils latéralement et les aide à adopter un alignement correct ; la boîte fuselée confère une belle ligne au pied.
Côtés élevés – soutiennent le pied et l’aident à trouver sa stabilité sur pointe.
Cordon de serrage en élastique – permet un bon ajustement du chausson.

La pointe  Triomphe :

Semelle dure – soutient le pied une fois sur pointe et permet de renforcer la musculature du pied ; ces caractéristiques font de la pointe Triomphe un très bon chausson de travail.
Empeigne légèrement en V de hauteur moyenne – aide le pied à trouver sa stabilité sur pointe et facilite le passage par la demi-pointe.
Boîte fine et plateforme fuselée – flattent la ligne de la jambe.
Côtés et talon élevés – offrent un bon maintien du pied.
Embout en mousse collé à l’intérieur de la plateforme – protège le pied du contact direct avec le sol et absorbe les éventuels chocs.

La pointe Bloch Serenade et Serenade strong :

Semelle rigide – soutient le pied au niveau du métatarse, ce qui permet à la danseuse de ne pas passer par-dessus sa pointe. Ces caractéristiques en font un chausson particulièrement recommandé pour les danseuses ayant un fort cou-de-pied et une cheville solide. Ce modèle est proposé avec deux duretés de semelle : normale et strong.
Plateforme oblongue et empeigne de hauteur moyenne – soutiennent les orteils latéralement et facilitent un bon alignement du pied.
Talon étroit – évite au pied de glisser dans le chausson et au tissu de plisser.

Voici pour les 4 premiers modèles. 4 autres modèles à découvrir demain dans un nouvel article !

logoblochMerci au magasin Bloch Paris pour les photos et descriptifs précis de ces chaussons.

 

Bien choisir sa semelle de pointe en fonction de son pied

Aujourd’hui on trouve des pointes à semelles entières, à semelles 3/4, voir 1/2, ou encore 4/5, 3/5…  Cette fraction représente la portion du cambrion qui est dure (le cambrion étant la semelle intérieure qui soutien le pied sur pointes).

Exemple : un cambrion entier a la même dureté sur toute sa longueur. Un cambrion 3/4 est dur sur trois-quart de sa longueur (des orteils à la voûte plantaire) et sera souple ou inexistant sous le talon.

Pour bien choisir vos pointes, il est important de bien connaître vos pieds. Tout commence avec leur profil. Je vous ai créé des illustrations pour rendre ça très clair :

Voici 2 pieds pointés vus de profil. Les deux sont bons, l’un a un cou-de-pied un peu meilleur mais l’autre ne pose aucun problème. Observez bien la forme de la voûte plantaire.

choisir ses pointes

 

Le pied numéro 1 a une voûte bien plus prononcée que le numéro 2, dont la courbe plantaire est douce. Chez le pied 1, le talon est nettement marqué et forme un angle avec le reste de l’avant-pied. Chez le pied 2, talon et avant du pied sont dans un même prolongement.

Imaginons maintenant que nous chaussions ces pieds avec des pointes à semelle 3/4 ou 4/5 :

cou-de-pied2

J’ai mis exactement la même semelle sous les deux pieds. Chez le 1 c’est parfait, chez le 2, il y a impossibilité, la semelle 3/4 ne va jamais épouser la forme de ce pied !

Alors, ainsi chaussé, le pied numéro 2 va adapter sa position pour pouvoir se tenir sur pointes :

cou-de-pied3

Il ne pourra pas être pointé à fond, il sera retenu par cette semelle. La ligne de pied sera moins esthétique et la technique sera compromise, car cette posture se répercutera sur tout l’alignement du corps.

Pour le pied numéro 2, il faut donc changer de modèle de pointes et adopter : soit une semelle entière de dureté adaptée, soit une semelle 1/2 ou 3/5 :

cou-de-pied4

 

Maintenant, mon pied numéro 2 est content aussi !

Sachant que la semelle 1/2 apportera moins de soutien, elle s’adresse avant tout aux danseuses qui ont les chevilles assez fortes et habituées au travail des pointes, donc aux danseuses de niveau avancé. Elle pourra aussi dépanner une personne qui a besoin de pointes pour un spectacle ou un concours et qui n’a pas le temps de casser des pointes neuves.

A noter !

Aujourd’hui, de nombreuses pointes ont des semelles 3/4 mais, sans le dire ! Faites bien attention lors de vos achats. S’il existe autant de marques et de modèles de pointes, c’est parce que tous les pieds sont différents, or vous seule pouvez dire comment vous vous sentez lors d’un essayage. Ne vous laissez pas vendre des pointes sous prétexte que « c’est un best-seller » ou que « toutes les filles de l’école ont les même ». Peut-être que vos pieds ont des besoin un peu différents, pour les comprendre il suffit de bien s’observer Wink

 

N’achetez pas vos pointes trop dures

C’est un constat sans appel : dans tous les cours de danse amateur, la plupart des élèves portent des pointes aux semelles bien trop dures par rapport à leur force. Cela donne des danseuses qui luttent avec leurs pointes, alors que les pointes devraient être une prolongation du pied, tout comme un gant vient embrasser une main. Les symptômes principaux sont :

  • une montée sur pointes sans passage fluide par la demi-pointe,
  • une descente de pointe saccadée, sans contrôle et sans demi-pointe, comme si la danseuse s’effondrait. Généralement on la voit accuser le coup dans le buste.
  • des danseuses qui n’arrivent pas à monter totalement sur la plateforme de la pointe, et qui vont monter plutôt sur l’arête inférieure de la plateforme.
  • des genoux pas assez – ou pas du tout – tendus.
  • des pieds « en fer à repasser », c’est à dire pas assez pointés.
Aïe aïe aïe !

Aïe aïe aïe !

Dans ces conditions-là, la pratique des pointes est particulièrement frustrante : ça donne une danse saccadée et souvent, des danseuses qui ont la trouille… et je ne vous parle pas de l’absence de technique classique. On est loin du plaisir que la danse peut procurer !

Il serait bon que la tendance s’inverse. Les pointes nécessitent un apprentissage à la barre d’abord, avec des exercices qui visent à renforcer les chevilles et les arches des pieds et à maîtriser un déroulé fluide de la demi-pointe à la pointe et inversement. C’est seulement une fois qu’on maîtrise ces points-là qu’on devrait passer au milieu avec des exercices simples.

Ce travail fondamental ne peut être fait correctement qu’avec des pointes adaptées. Les semelles trop dures font tenir la danseuse sur pointe artificiellement, c’est le chausson qui fait le travail et pas la danseuse. Dans ce cas, le travail musculaire ne se fait pas. Pire, la cheville peut se retrouver en souffrance, forcée dans une position qui écrase ses composantes. Pensez-vous que ça fasse progresser ? Non, on est d’accord.

Rappelons que ce n’est pas le chausson de pointe qui doit faire tout le travail, c’est juste un soutient !

Alors pourquoi la majorité des filles achètent-elles des pointes trop dures ? J’imagine que c’est pour un argument économique : vous entendrez souvent dire que vous garderez plus longtemps des chaussons un peu durs. Vus tous les inconvénients listés ci-dessus, trouvez-vous que ça en vaille la peine ?

La vérité c’est que ce phénomène ralentit considérablement les progrès des danseuses. C’est très dommage ! Personnellement, je ne trouve pas normal que des danseuses gardent une même paire de pointes pendant un an ou deux. A la rigueur quand c’est une première paire vers 12 ans et qu’on en fait 15 minutes par semaine. Mais à part ce cas-là, c’est qu’il y a un problème !

J’ai testé : les pointes Gaynor Minden

Avez-vous entendu parler des pointes Gaynor Minden ? D’origine américaine, elles font leur chemin en France et se vendent très bien. Curieuse, j’ai voulu me faire un avis et je partage aujourd’hui le résultat avec vous!

A propos des pointes Gaynor Minden :

Ce sont des pointes très différentes des pointes fabriquées en matériaux traditionnels (pour ainsi dire, toutes les autres pointes du marché : Bloch, Freed, Capezio…). Chez Gaynor Minden, « la semelle et la boîte intérieure sont fabriquées en élastomère thermoplastique et sont moulées par injection ». La différence ? C’est que ces matériaux ne ramolissent pas et ne se déforment pas dans le temps. La forme du chausson et la semelle ne changent pas au fur et à mesure des cours de danse. En moyenne, les pointes Gaynor Minden durent 4 à 5 fois plus longtemps que des pointes traditionnelles. Elles existent en 5 duretés de semelle, et il faut acheter la semelle telle qu’on aime porter ses pointes, sachant qu’elle ne ramollira pas ! Donc ne surtout pas l’acheter trop dure, ces chaussons doivent être confortables immédiatement, tels qu’on aime porter ses pointes. Vous l’aurez déduit, avec ces pointes il n’y a aucun cassage nécessaire : elles sont prêtes à être portées. A ceci près qu’il vous faudra une période d’adaptation pour vous habituer aux nouvelles sensations qu’elles procurent.

Ce que j’en ai pensé :

Parmi les promesses des pointes Gaynor Minden, il y a celle d’un meilleur alignement cheville / pied dans la pointe. Et ça, je l’ai constaté, c’est vrai.  Autres avantage : ce sont des pointes très légères et silencieuses. Elles sont fort jolies, et ont un confort intérieur remarquable avec un tissu très doux et un rembourrage inclus dans le boitier.

Côté négatif : il n’y en a pas beaucoup, celui qui me vient à l’esprit c’est qu’il est plus difficile d’y coudre les rubans et élastiques car l’arrière du chausson est assez étroit et le tissu un peu épais, plus dur à traverser avec l’aiguille. J’ai la chance d’avoir un pied « moyen » qui est content avec la plupart des modèles de pointes, mais pour les gens qui ont des pieds particuliers (par exemple égyptiens – 2nd orteil plus long ou bien avec un hallux valgus important), ça risque d’être plus compliqué car il n’y a pas de variété de forme de boitier chez Gaynor Minden, et il ne se déforme pas avec le temps.

Un chausson de tricheuse ?

Un débat a régulièrement lieu dans les communautés web de danseuses : ces pointes sont-elles de la triche ? Explication : certains estiment que la semelle « aide » la danseuse à monter sur les pointes, et que la danseuse ne fournit plus l’effort elle-même, risquant ainsi de ne plus développer la force de sa cheville voir de la perdre. Le débat est ouvert !

Personnellement, il est vrai que j’ai tendance à « m’asseoir » dans ces pointes, ce qui veut dire que je laisse la semelle soutenir mon pied sans réellement contrôler dans la cheville. Mais je dois reconnaître que c’est un défaut que j’ai aussi avec les chaussons de pointe traditionnels Confused Et reste que le travail de déroulé par la demi-pointe est le même dans tous les chaussons, les Gaynor Minden n’étant pas des chaussons magiques qui dansent à notre place Laugh

Alors est-ce qu’ils sont « nocifs » à moyen/long terme pour ma technique ? Je n’en ai pas la moindre idée !

Ce qui est sûr, c’est que les danseuses professionnelles sont nombreuses à porter des Gaynor Minden aujourd’hui, notamment des Etoiles (vous retrouverez leurs témoignages sur le site de la marque), et que des écoles de danse pour pré-professionnel(le)s les utilisent. Les compagnies de danse y sont sensibles aussi pour l’argument du prix, elles permettent des économies substantielles vu leur durabilité.

A qui s’adressent les pointes Gaynor Minen ?

Elles sont vendues autant aux danseuses débutantes qu’aux professionnelles.

Comment choisir vos Gaynor Minden :

Elles se vendent avec diverses options qui permettent de chausser la plupart des pieds. Pour les découvrir, rendez-vous sur le site Gaynor Minden, on y trouve un guide complet pour l’essayage. Notez surtout que ces pointes ont un tissu qui ne se détend pas, et qu’il faut généralement  prévoir une pointure de plus que notre taille habituelle.

Le prix :

Ces pointes coûtent autour de 120 – 125 euros. Je vous vois déjà faire des yeux tous ronds et scandalisés derrière votre écran d’ordinateur ! Laugh Mais sachant qu’une paire de pointes traditionnelles coûte en moyenne 55 à 60 euros, et que les Gaynor Minden durent facilement 4 fois plus longtemps (sans compter le confort de ne pas avoir à les « casser »), elles sont plus économiques sur le long-terme  – à supposer qu’on ne se trompe pas de taille quand on les achète et à supposer que nos pieds s’y habituent ! Sinon vous n’aurez plus qu’à les revendre au plus offrant… Oui je sais, c’est tellement compliqué de choisir des pointes !

Que pensez-vous des pointes Gaynor Minden ?

J'ai testé et j'aime
J'ai testé et je n'aime pas
Je ne connais pas mais j'ai envie d'essayer
Je ne connais pas et je n'ai pas envie d'essayer