Le cours de danse et le regard des autres

L’un des plus gros blocages dont souffrent les danseurs amateurs, c’est la peur du regard et du jugement des autres. Surtout de nos jours, avec la multiplication de cours de danse classique pour ados et adultes débutants.

En cours de danse, on peut se sentir exposé, plus que dans la rue. On porte une tenue inhabituelle, on fait de notre mieux pour exécuter des mouvements qui ne sont pas naturels, et tout ça au milieu « d’étrangers ». Ouch ! Je vous propose quelques idées pour vous aider à dépasser ce blocage.

Le regard des autres est souvent mal interprété :

Quelqu’un vous regarde avec un air sérieux, ou pincé, ou interrogateur… : il est peut-être juste très concentré, en train d’essayer de comprendre comment vous réalisez le pas demandé par le professeur parce que lui-même a oublié.

Quelqu’un vous regarde avec le sourire : soit c’est un sourire franc qui se veut encourageant. Soit c’est un sourire amusé mais sans méchanceté : on peut s’amuser gentiment des difficultés des autres, car on y voit nos propres difficultés en miroir. Et donc on rit de soi en même temps. C’est de la dérision, bien plus que de la moquerie.

Si quelqu’un vous regarde d’un oeil méprisant ou supérieur, c’est lui qui est en tort, pas vous. Les gens qui se donnent un air supérieur sont souvent ceux qui ont le plus de manque de confiance en eux, qu’ils enfouissent sous une carapace désagréable pour se protéger. (*) Ces gens là, ignorez-les, ils n’ont rien à vous apporter.

Un bon danseur est un danseur humble.

Il y a une bonne raison de regarder les autres :

En observant les autres danseurs, on peut apprendre énormément de choses. Leur corps est un miroir du nôtre.

On peut regarder une personne de meilleur niveau pour tenter de décrypter pourquoi elle arrive mieux à réaliser un pas de danse. Celà nous oblige à nous questionner et à analyser notre façon de danser. C’est difficile mais instructif.

On peut aussi regarder une personne qui a autant, ou plus de mal que nous. Essayer de comprendre pourquoi elle a une difficulté, c’est faire un pas pour résoudre les nôtres.

Le prof de danse n’est pas seul responsable de vos progrès : c’est vous le premier responsable.

Finalement, c’est quoi la « peur du regard des autres » ? C’est un fantôme, une idée totalement virtuelle, une crainte immatérielle. Elle n’est qu’en vous, et ne pénalise que vous. Dommage, non ? Vous voyez, moi j’ai peur des chiens : quelque part c’est utile, en les évitant je me protège de leurs morsures ROTFL  Mais peur d’un jugement – potentiel, mais qui n’existe pas tel qu’on se l’imagine – c’est inutile : ça ne nous protège de rien, et ça nous empêche de nous réaliser.

Je m’arrête là sinon je pourrai divaguer pendant des heures Laugh Je vous laisse sur une pensée que j’aime :

C’est quand on a la bonne attitude, que de bonnes choses se déclenchent.

Une personne positive attire d’autres personnes dans le même esprit positif. Inversement, les ondes négatives s’attirent entre elles dans une spirale descendante, ou au mieux, font stagner.

Happy dancing !

(*) pardonnez-moi cette analyse psychologique à deux balles, j’essaie d’être motivante !

Ces articles devraient vous intéresser :

9 réponses
  1. visiteur
    visiteur dit :

    « (*) pardonnez-moi cette analyse psychologique à deux balles, j’essaie d’être motivante ! »

    Vous êtes pardonnée. Au nom du Père, du fils et du Saint Esprit. Allez en paix ma fille. Allez danser. Grin

    C’est tout un métier, tout un commerce, le « coaching », voire la psychothérapie.

    Au prochain article, vous traiterez de la visualisation mentale, ou comment s’améliorer en visualisant ses pas de danse (ses gammes au piano, etc.), en les répétant mentalement de manière aussi réaliste que possible (en ressentant le corps, la résistance des matérieux, le sol, l’air, l’état d’esprit…). Ou comment exploiter son trajet scolaire en bus avant et après l’école; en évitant de s’endormir.

  2. Moi ^^
    Moi ^^ dit :

    Lylie, je n’ai pas trouvé que c’était une analyse à 2 balles du tout : c’était très bien et TRÈS encourageant (je me retrouve moi-même dans ce cas :avoir peur du jugement des autres et je me dis souvent que je n’ai rien à faire dans un cours de danse classique mais je continue quand même Smile )
    Continuez comme ça, ça fait du bien !!

  3. Flora
    Flora dit :

    Très bel article qui fera beaucoup de bien à tout plein de danseurs !
    Il est vrai que le regard des autres peut être une réelle pression et peut même parfois anéantir tout plaisir pendant le cours. Cela peut soit nous pousser à donner le meilleur mais peut également être paralysant. On a peur d’être moins bon, que les autres le remarquent et nous le fassent sentir. Mais les personnes qui jugent avec condescendance les autres danseurs oublient une chose essentielle : les gens dansent pour leur plaisir, pas pour passer un concours à chaque cours. Alors, oublions le regard des autres, et dansons parce que ça nous fait du bien, parce que ça libère et qu’on aime ça !
    Je me souviens que, lorsque j’ai repris la danse, je me demandais « Comment seront habillées les autres ? Est-ce que je serai la seule ridicule en justaucorps ? » Eh ben, je me faisais du mouron pour rien… Smile

  4. Sarah
    Sarah dit :

    C est un gros problème pour moi à la rigueur aux cours je m’y suis habituée mais au spectacle de fin d année j interdit à mes amis et mes proches de venir. Les gens que je ne connais pas ça ne me dérange pas mais mon entourage gros blocage

  5. Vickydanse
    Vickydanse dit :

    Merci lylie , j’aime beaucoup cet article ! Grin
    Moi , qui d’habitude suis une fille assez sure de moi , et bien au cours de danse , j’ai peur du regard des autres !
    Rien qu’imaginer ce que disent les autres sur moi , ca me bloque beaucoup ! Et comme je suis dans une ecole où on danse plus comme un loisir , et moins dans le but de super bien danser et de progresser un max et tout (meme si moi je fais tout pour progresser) , souvent mes amies se moquent un peu de moi … Enfin elles font des comentaires et tout des que j’essaye de me lacher un peu ! C’est soulant !
    Bref, merci Smile

  6. Plume
    Plume dit :

    Bonjour !
    très intéressant cet article Smile
    Dans mon école de cirque, on va monter une chorégraphie, on l’a déjà fait l’an dernier et ça s’était bien passé, le problème c’est que cette année notre prof veut qu’on danse « sexy ».
    Il y a deux ou trois filles dans le cours……
    Elles ont au fond des yeux
    une sorte d’étincelle
    elles se moquent de celles
    qui n’osent que baisser les yeux…….

    Désolée pour ces vers de mirliton x). Le problème, c’est que j’ai l’impression qu’elles se moquent de moi, et de deux ou trois autres personnes du groupe. Que faire ? Je déteste danser sexy à la base, mais avec elles en plus, ça me gêne vraiment beaucoup et je me sens ridicule….

  7. Anathol
    Anathol dit :

    Cet article est intéressant et reflète totalement ce que l’on peut ressentir pendant nos cours de danse en tant que débutant. Par expérience, je constate que nos « échecs » pendant un cours sont dus à 75% à un blocage que nous ressentons et qui nous empêche d’aller au bout des choses. Je suis à ma troisième année de danse classique. Au début nous avons du mal a exécuter les mouvements. On se focalise sur la personne qui est devant nous sans trop réfléchir et si elle se trompe on se trompe également. Un peu plus tard on prend l’habitude de se regarder dans le miroir, en se focalisant totalement… sur nos pieds. Et on ne regarde que nos pieds sans jamais lever la tête. Et il faut du temps pour prendre l’habitude de regarder devant nous, loin devant, par-ce-que bien souvent c’est la clé de l’équilibre. Parfois lorsque nous sommes seuls chez nous nous essayons quelques positions en équilibre, quelques pas simples… et on s’aperçoit que l’on y arrive mieux. Simplement par-ce-que personne ne nous regarde, nous ne nous sentons pas jugés ni épiés.
    Avec le temps on essaie de prendre confiance en soi et d’aller au bout de ses Wink mouvements. Mais c’est toujours très difficile. Et alors c’est à ce moment que l’on se dit « je n’arrive pas à libérer ce qui est en moi, à faire sortir toute mon énergie, toutes mes émotions ». Et ça c’est le frein de nos progrès. La danse ce n’est pas seulement de la technique, c’est pouvoir libérer tout ce qui est à l’intérieur de nous, c’est le langage du corps, pouvoir vider notre sac ! Il y a donc un travail psychologique à effectuer: Libérer par le mouvement ce qui est bloqué, ancré profondément dans notre corps pour se libérer. Et quand on aura réussi, on aura moins besoin de se focaliser sur les détails techniques, tels la position des pieds, des bras, du bassin … Ces mécanismes viendrons naturellement sans nous en rendre compte. On essaie alors d’évacuer de notre cerveau tous ces pensées négatives « est-ce que je vais tenir en équilibre ? est-ce que je vais réussir ma pirouette ? est-ce que mes bras sont bien placé ? et ma tête ? et mes pieds ? et quel est le pas qui vient après celui-ci ?  » Négatives, car elles entretiennent le sentiment que nous allons toujours nous tromper, que nous sommes jamais dans la réussite, mais dans l’échec.
    Au final, essayons de ne plus penser à rien lorsque nous dansons. Regardons loin devant sans penser à ce que nous regardons. Utilisons nos bras pour aller vers l’avant comme si on voulait s’accrocher à quelque chose.
    Lorsque nous aurons réussi, nous danserons convenablement avec un plaisir énorme comme le font certainement les pros. Car ils le disent eux-mêmes : DANSER C’EST UNE LIBERTÉ.

    Bon courage à vous ami(e)s danseurs(ses) !

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire