Journal extraordinaire d’une danseuse tunisienne / 24

Enseigner, ça m’a beaucoup aidée, j’ai appris comment gérer un groupe, comment réagir face à différentes situations, et surtout à comprendre les enfants, ce qui n’est point tache facile !

J’ai aussi remarqué que depuis que j’enseignais, je ne m’autorisais plus à faire des petites fautes techniques lorsque je dansais  comme  ne pas bien fermer mes cinquièmes, ne pas  bien tenir mes bras, regarder par terre…etc.  Puisque je corrigeais moi-même ces fautes là dans mon propre cour ! Je ne m’autorisais plus à les commettre. A chaque fois, je pensais à ces petites filles qui me prenaient comme leur modèle, c’était comme si je ne pouvais guère les décevoir !

C’était un de ces Jeudi, où on avait cours comme à notre habitude à 7h15 du soir. Je m’étais rendue à l’école, tout me semblait normal, on était dans les vestiaires, on mettait nos pointes en discutant tranquillement, on est entrées dans la salle et au moment où on devait commencer, Alain nous dit d’une voix qui paraissait dure : « Je tenais à vous annoncer que je vais rentrer en France en Juillet, j’ai trouvé un travail là-bas, il ne vous reste que cinq cours avec moi alors faites de votre mieux et montrez moi ce dont vous êtes capables ! Allez ! Au travail ! avait-il dit en se dirigeant vers le lecteur CD pour mettre la musique. »

Il avait l’air si sûr de lui.

Tout le monde était de marbre, on était encore en train d’analyser ses paroles, essayant de leur donner un autre sens plus logique. Jamais on ne s’attendait à ce qu’il parte, pas après trois ans passés avec nous. On s’était tellement attachées à lui, il nous était impossible de le quitter. J’avais les larmes aux yeux rien qu’à l’idée que de voir cette salle sans lui, lui, qui est si gentil avec nous, lui qui avait fait tout son possible pour que nos rêves se réalisent, et maintenant il allait nous quitter, partir à tout jamais, on ne le reverra plus, jamais plus on n’entendra sa voix nous crier dessus ou nous féliciter, jamais plus on ne verra ce sourire, ce visage,  Alain.

C’était comme si on nous avait renversé un sceau d’eau froide sur le visage, comme si tout d’un coup, on  s’était rendues compte à quel point on l’aimait, à quel point il comptait pour nous. On avait toutes les larmes aux yeux mais on ne pouvait que les ravaler. Il y avait une ambiance très triste, il y a de quoi !

Une fois le cours terminé, on s’était toutes réfugiées dans les vestiaires et on avait éclaté en sanglots ! Ces larmes que j’avais tellement  eu de  mal à retenir s’échappèrent  enfin, se mêlant à celles de mes amies qui me tenaient dans leurs bras. Je ne pouvais point m’arrêter de pleurer, dans la voiture, lorsque je rentrais à la maison et même dans la douche, je pleurais encore lorsque je m’étais endormie, je ne pouvais point m’arrêter, tout ça, ne pouvait guère s’arrêter, du moins c’est ce que je croyais, désormais, tout ça était  fini,  juste fini…

à suivre…

Cliquez ICI pour lire mes chroniques depuis le début

Ces articles devraient vous intéresser :

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Journal extraordinaire d’une danseuse tunisienne / 24

  1. Zeineb dit :

    Cry je n’aurais jamais du lire ça

  2. LaMéchante dit :

    Donc désolée de devoir faire ce commentaire, je suis tes péripéties depuis le début, et là je ne pouvais plus m’en empêcher. Je me fiche des petites fautes d’orthographes, moi aussi je suis humaine tu sais ;p
    Mais fais attention parce que quand tu essaies de bien tourner tes phrases, ça peut être un peu… Moyen. PAr exemple « c’était comme si je ne pouvais guère les décevoir ! » Tu concevras que ça n’est pas très agréable à lire, et limite ça n’a pas de sens.. Et Visiblement tu aimes beaucoup mettre des « point » pour exprimer la négation, pour faire joli sûrement, mais là encore, c’est pas transcendant. Donc voilà, encore une fois je suis désolée de faire les troubles-fêtes mais il fallait que je te le dise sSmile Et bonne continuation, ien sûr!

  3. Aicha-K. dit :

    Merci pour tes remarques, tu n’as pas à t’excuser tu sais ! Au contraire, c’est gentil de ta part Smile C’est vrai que parfois j’ai tendance à faire des phrases qui ne veulent pas dire grand chose Razz Mais je ne m’en aperçois pas toujours !Je ferais désormais attention Grin Encore merci ! Smile

Laisser un commentaire