Le journal extraordinaire d’une danseuse tunisienne / 54

Ouf ! On avait enfin terminé d’habiller les petites, maintenant, on devait s’occuper un peu de nous et mettre nos costumes de Hip-Hop avec lesquels on commençait le spectacle. On faisait les voyous qui allaient combattre les souries. On avait des pantalons noirs et des pulls larges et des basckets noires aussi.

En parlant de baskets, une de mes copines n’avait pas trouvé les siennes ! On a cherché dans tous les recoins mais aucune trace des baskets perdues ! Il était déjà 15h, le spectacle allait commencer d’une minute à l’autre. Elle se contenta donc d’enfiler ses vieux converses blancs qui ne passaient pas inaperçus au milieu de nos baskets noirs …

Vers 15h15, le rideau se leva et le stress commença à monter…

J’essayais en vain d’évacuer cette angoisse en faisant une petite barre mais (sauf qu’il y avait des chaises en plastique au lieu d’une barre en métal !), mais ça ne faisait que me stresser encore plus puisque j’avais l’impression que mes muscles ne voulaient plus m’obéir et j’arrivais à peine à monter mes jambes à 90°! Après 15 minutes passées à m’échauffer et à stresser, arriva enfin le moment où on entrait sur scène ! J’ajustai une dernière fois ma casquette et la serrai bien sur ma tête de peur qu’elle ne tombe, et suite au coup de sifflet que nous envoya le Casse-Noisette qui n’était autre que notre prof de Hip-Hop, on entra toutes d’un seul coup sur la scène. A ce moment là, tout le stress s’envola, ma mémoire se vida et je me contentai de m’abandonner à la danse, au rythme entraînant de la musique Hip-Hop qui régnait à présent.

A suivre …

Cliquez ICI pour lire mes chroniques depuis le début

Ces articles devraient vous intéresser :

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire