Le journal extraordinaire d’une danseuse tunisienne / 55

Ce ne fut qu’en entendant les applaudissements du public que je m’aperçu qu’on avait terminé notre choré ! Je n’avais jamais cru que ça passerait aussi vite !

Une fois le rideau tombé, on sortit toutes de scène en courant, et on traversa les coulisses puis la grande salle à la vitesse de l’éclair pour enfin nous retrouver dans notre loge. On n’avait que 10 minutes pour nous changer et mettre nos tutus, nos pointes, et faire un chignon !

Ainsi, chacune se mit à chercher son tutu, et alors que mes copines enflaient déjà le leur, moi, je cherchais encore le mien. J’avais vérifié toutes les bretelles des tutus qui restaient et aucune ne portait mon nom ! Je commençais à stresser, plus que cinq minutes et je ne trouvais pas encore mon costume ! Essayant de me calmer, je fouillai toutes les autres loges dans l’espoir que quelqu’un l’ait déplacé, mais rien, aucune trace de mon costume ! Me voyant ainsi, affolée, le visage pâle, mes amies m’aidèrent à le chercher mais en vain ! Il ne restait plus que 3 minutes ! J’étais sur le point de m’effondrer. Je m’assis sur une chaise et essayai de me calmer. « Peut-être que l’une de nous l’a porté par erreur sans faire attention au nom qui était écrit sur la bretelle ! cria Leila »

Elles se mirent toutes à vérifier leurs bretelles, lorsque Cyrine s’exclama : «  Oh ! Je suis désolée Aicha, je crois bien que je me suis trompée, ton nom est écrit sur une des deux bretelles, mais… mon nom est écrit sur l’autre ! On a dû toutes les deux essayer le même tutu et chacune a écrit son nom sur une bretelle ! »

Je tenais ma tête entre mes mains, réfléchissant aux possibilités qui s’offraient à moi…

« Bon, dit Balkis, je crois que la seule possibilité qui te reste est d’essayer les deux tutus qui restent et d’espérer que l’un d’eux t’aille ! »

A suivre …

Cliquez ICI pour lire mes chroniques depuis le début

Ces articles devraient vous intéresser :

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire