La danseuse du mois de mai : Priscille

Aujourd’hui nous allons à la rencontre de Priscille, une danseuse adulte et créatrice d’un atelier de Danse pour Tous, qui nous répond avec beaucoup de sincérité.

A propos de toi :

Ton prénom : Priscille

Ton âge : 36

Depuis combien d’années danses-tu ? Environ 25 ans.

Et quels styles de danse ? J’ai commencé par la rythmique, ensuite classique et moderne, j’ai essayé le contemporain également.

En ce moment, tu danses combien d’heures par semaine ? 2 heures par semaine au sein de l’atelier.

Quel genre d’école fréquentes-tu ? Une école privée, grande, petite ? Un conservatoire ? J’ai fréquenté une école associative pendant toute ma « scolarité » de danse, après j’ai créé une troupe de valides, qui a été clôturée lorsque j’ai déménagé et là c’est un atelier-troupe de danse pour handicapés et valides.

Participes-tu à des spectacles ? Petite oui, tous les ans les fameux galas tant attendus, et avec la première troupe je me produisais avec une sono pour les mariages et comités des fêtes ; ensuite avec ma dernière troupe on participe a des mini spectacles lors des forums des associations, entre autres comme celui du 18 septembre 2010.

Qu’est-ce qui t’as donné envie de commencer la danse classique ? Tout simplement ma tante, ma très chère tante car pour elle, le handicap n’existait pas et toute petite fille elle devait pouvoir danser au sein d’une école normale, elle m’a emmené toute petite à ses cours (elle était professeur de danse) ensuite j’ai appris a donner les cours des plus petites et voila le virus m’a attrapé, est ce grave docteur ?? S’il vous plait je ne veux pas en guérir.

Qu’est ce qui te motive pour aller au cours de danse classique ? L’envie de surpasser mes limites conditionnées par les médecins, l’envie de transmettre ma passion.

Comment se traduit ta passion de la danse dans la vie de tous les jours ? Je fais une heure de barre ou de barre au sol à la maison, je vis pour mes progrès.

Que peut-on trouver dans ton sac de danse ? Des justaucorps, des chaussons, un lecteur cd, mes cous de danse, mon lutins de la troupe

As-tu l’intention de faire de la danse ton métier ? Via mon association, oui ; même si on ne considère pas comme un métier quelque chose ou tu n’es pas payé car en étant handi je n’ai pas le droit de travailler.

Quelle place a la danse dans ta vie, lorsque tu penses à l’avenir ? La danse c’est un tiers de ma vie, les autres appartiennent à ma fille et mon homme.

Quelles sont tes autres passions ? Tout ce qui est soins, lithothérapie, herboristerie, reiki.

Toi et l’entrainement :

Que portes-tu en cours de danse ? As-tu une tenue imposée ? Je porte un justaucorps noir, des collants peau et un jupette noire que je m’impose dans les cours.

Quels sont tes exercices préférés ? (à la barre, au milieu…) J’aime beaucoup la barre, le pied sur la barre, et aussi la préparation aux pointes.

Quels sont ceux qui te posent le plus de difficultés ? Le pied sur la barre et tout ce qui touche a l’en dehors puisque je ne peux pas améliorer ce problème.

Est-ce que la danse t’aide à t’échapper du quotidien ? Quel effet a la danse sur toi ? Déjà au niveau physique, je gagne en angles de flexion des chevilles, en hauteur de jambe sur la barre et, chose importante à mes yeux aussi, cela enlève mes crampes nocturnes dues à mon handicap.

As-tu une anecdote particulière, rigolote, ou bizarre, qui se serait produit en cours de danse, à nous raconter ? J’ai pleuré un jour, ou on faisait un trio, mes deux camarade étaient très mais je dis très douées (grand écart porté par deux personnes etc etc), à leur passage, le public a applaudis et sifflé de plaisir comme je dis, et à mon passage, rien ; j’ai ressenti la plus grande frustration du monde ce jour-là, heureusement que ma tante était pas moins ensuite.

Est-ce que tu t’entraines chez toi ? Si oui, tu fais quel genre d’exercices ? Je fais le pied à la barre, et souvent quand j’y pense je fais de la barre au sol. Ensuite je travaille mon coup de pied droit car le gauche comme je marche sur la pointe des pieds à gauche ben ce coté-là pas de problème mais ça déséquilibre, même si on me dit que je ne peut pas monter sur pointe pour danser je veux le faire juste pour moi juste monter en pointe et redescendre.

Est-ce que tu fais des pointes ? Oui au grand désarroi de mon kiné car mon problème de pied s’accentue si je fais des pointes, je suis obligée d’aller à l’inverse aussi pour ne pas aggraver mon cas.

Si oui, quels chaussons as-tu essayé ? Des bloch et des Sansha et une marque qui n’existe plus mais je ne me souviens plus le nom, une marque anglaise je crois, plus courte de plateforme mais tres dure de semelle. J’aime bien aussi les trois quarts en semelle même si je sais que c’est plus dur.

As-tu trouvé le chausson de tes rêves ? Oui, les fameux chaussons qui ne se font plus !

Que trouves-tu le plus difficile avec les pointes ? En premier la douleur et l’appréhension, en fait j’ai peur que mon pied gauche passe par-dessus le chausson et j’appréhende la douleur, je suis très trouillarde mais très résistante, mais comme j’ai mes doigts de pied qui pointent vers le haut, la pointe suis le mouvement ce qui rend difficile le fait de monter sur les pointes mais je ne désespère pas.

Peux-tu  nous parler un peu de ton prof préféré ? J’en ai deux, la première est ma tante, une prof excellente, qui a toujours de bons conseils et qui ne rechigne pas dessus et l’autre une prof au bout du monde au Maroc qui me soutient et qui soutient mon atelier en nous envoyant des justaucorps et des chaussons pour les petites.

As-tu déjà participé à des stages de danse ? Si oui, qu’est ce qu’ils t’ont apporté ? Oui un stage avec une grande chorégraphe grenobloise, mais c’était de la danse contemporaine, et j’ai eu du mal à accrocher son système. C’est la première fois que je préparais une chorégraphie sans … musique.

Les spectacles :

Aimes-tu être sur scène ? Oui très, ça valorise.

Est-ce que ça te stresse ? Je stresse encore avant et pendant mais c’est le nerf de la guerre le stress !!

Comment te sens-tu sur scène ? Comme un cygne.

Quel a été ton rôle préféré ? Paquita

As-tu déjà été soliste ? Oui c’était un moment favori !!

Peux-tu nous raconter un souvenir de spectacle en particulier ? Le jour où j’ai repris la danse à mon « compte » ; les applaudissements, les rappels,… hmmm quel pur bonheur, nous ne sommes pas entiers sans le public.

Quel est le rôle de tes rêves ? hmmmm un rôle créé par Mme Grahams.

Quel est ton ballet préféré ? Paquita

Quelle variation voudrais-tu apprendre ? Je pense une variation de Grahams ou de Noureev.

Ton quotidien :

Tu es une danseuse particulière : tu souffres d’un handicap. Peux-tu nous dire duquel il s’agit ? Je souffre d’une infirmité motrice d’origine cérébrale ce qui se traduit par une contraction des muscles, des tendons et une hémiparaisie, en fait les muscles ne fonctionnent pas à fond.

En quoi cela influence-t-il ta vie de danseuse ? Eh bien je manque d’équilibre, je n’ai pas du tout d’en dehors et pas d’ouverture de hanche et ensuite bien je ne peux pas intégrer des cours pour valides et surtout pas les moyens de suivre de grand stage, car le revenu des personnes handicapées est en dessous du seuil de pauvreté, mais ça c’est une autre histoire, mon autre combat.

Pourrais-tu nous expliquer ce qu’est l’handidanse, comment et par qui elle est pratiquée ? L’handidanse est une danse adaptée au handicap, nous détournons les difficultés et nous trouvons des artifices pour se rapprocher le plus possible de la danse classique et moderne.

Tu fédères également l’association « Danse Pour Tous ». Quel est le but de cette association ? Alors danse pour tous, c’est l’union de la danse que tout le monde connait, pour valides et de l’handidanse, je ne voulais pas que chaque personne reste dans son coin chacun de son côté. Nous sommes des êtres humains qui naissons égaux, et je voulais que ca se ressente dans la danse, là où tant de mépris sort de la bouche des sois disant profs, pour eux vous êtes trop grosse trop grande, trop maigre, trop petite, alors que la danse ce n’est pas ça, même en pesant 75 kilos je danse et je monte sur pointe.

Quelles personnes y sont invitées ? Toute personne pensant que la danse doit être un plaisir et une découverte de soi, nous avons invité aussi à participer des élus de notre commune mais ils ne daignent pas venir, pas par manque de temps mais par dédain!! Je veux juste que toutes les petites filles qui ont vu Agnès Letestu (dont je suis présidente du fan club) ou tout autre danseuse Etoile se disent : «  je peux marcher sur ses traces ». Danse pour vivre, et vis pour danser.

De quelles sortes de handicaps souffrent les enfants dont tu t’occupes ? Je peux avoir des handicaps mentaux (j’ai deux petites), des handicaps moteurs (les mêmes petites filles), des aveugles, des sourdes (car je parle la langue des signes) et aussi béquilles et fauteuils.

Quels types de cours sont proposés ? Alors c’est une adaptation entre cours de danse classique, de rythmique et de moderne, selon le niveau et le handicap.

Ou se déroulent-ils ? A la salle du centre social Bajatiere a Grenoble, faites moi signe si vous n’êtes pas loin je serais très heureuse de vous accueillir.

Comment faire pour aider ton association ? Plusieurs manières pour tout les budgets, commençons par le budget zéro : faites des photos de pas ou des vidéos de vous pour la future présentation interactive du site ; ensuite petit budget : 10 euros, adhésion de soutien, ça permet de nous soutenir et de proposer  un atelier de danse structuré avec musique, vidéo etc etc ; ensuite 40 euro (toujours par an) vous marrainez une petite fille handicapée, ça lui permet d’avoir la partie club de l’adhésion, et de lui fournir des chaussons et une tenue complète achetée par l’association ; et ensuite toujours budget zéro, en nous envoyant vos anciens tutus, justaucorps, voir costumes de scène, collants etc etc et même photo de grandes stars, livres, dvd de ballets.

Je recherche une paire de béquilles sous aisselles, au cas où il y aurais des parents pharmaciens qui voudraient bien nous en offrir !! Et un fauteuil enfant et un déambulateur enfant aussi.

Pour conclure…

Comment as-tu connu Passion Ballet ? Je pense via un moteur de recherche.

Est-ce que tu viens souvent sur le site ? Tous les jours !!!

Quel message pourrais-tu adresser aux autres danseurs qui ont besoin d’inspiration ou de motivation ? Danse pour vivre et vis pour danser, et aussi croque la vie à pleines dents, croque à pleines dents la danse, mais surtout, que la danse reste un plaisir pour toi sinon ça n’en vaut pas la peine.

Et aussi plein de bisous de soutien sur le forum de mon site !!

 

Ces articles devraient vous intéresser :

Ce contenu a été publié dans Danseuse du mois. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à La danseuse du mois de mai : Priscille

  1. chabreuil dit :

    salut j’ai lu ton interwieuw car je l’ai reçu sur ma boite mail et que je suis fane de danse classique pour la simple et bonne raison que j’ ai craquée quand j’ai vu une danseuse monter sur pointes (mais je ne peut pas aller dans un cour car la ville ou il se trouve,mes parents ne peuvent pas m’enmener et je treouve ça bien domage )(mais je me console car j’ai ul livre sur la danse classique et j’ai une tenue de danse(justocaurp , collants et fillets à chignons)du coup,je peux essayer de m’enrainer dans la maison et mes parents me disent des fois arette claire,ce n’ai pas une salle de danse.
    MAIS JE SUIS HEUREUSE QUAND MèME

    AU REVOIR
    CLAIRE

  2. julie dit :

    Merci Priscille.J’espère pouvoir un jour venir participer à un de tes cours.Bisous

  3. Pierre dit :

    Merci pour cette interview très instructive ! Smile

  4. lilinette dit :

    Bonjour Priscille,
    tout d’abord merci ; je suis très touchée par ton interview et ta vision de la danse
    j’ai 41 ans et j’ai enormément souffert de ne pas rentrer dans le moule que je me suis privée pendant plus de 20 ans de danser
    en effet à l’époque et vu de ma petite école de province, j’étais passionnée certes mais pas assez douée pour rentrer à l’opéra de Paris.
    on m’a gentiment fait comprendre que je n’avais pas la morphologie adéquate; à l’époque il n’y avait pas beaucoup de porte de sortie en dehors de l’opéra ou du moins mes parents et mes profs m’ont bien refroidi quant à envisager une autre voie; dans ma famille on me disait que si je m’entêtais je deviendrai une danseuse pro médiocre ;j’ai donc capitulé et tout arrêté pensant que je trouverai un équilibre ailleurs….
    je me suis trompée lourdement, j’ai erré plus de 20 ans, suis tombée dans les pulsions alimentaires, mes chaussons ont dormi au fond d’une armoire jusqu’à mes 40 ans où suite à un travail avec une psy j’ai décidé de les rechausser.
    quand tu parles de handicap je comprends, parceque je me suis sentie « handicapée » face à ce dictat du corps de danseuse stéréotypé et à cette idée bizarre qu’on ne peut pas s’épanouir dans une troupe autre que
    l’opéra. aujourd’hui on voit beaucoup de danseuses « atypiques » et ça me rend vraiment heureuse
    je me suis coupée de ma vie en arrêtant la danse, peu importe qu’on soit douée, handicapée, petite, grosse….l’important c’est de danser…je l’ai appris un peu tard…..mais pas trop tard ! je te souhaite le meilleur pour ton travail et je regrette de n’avoir pas croisé des gens comme toi sur ma route pendant ces 20 dernières années….

Laisser un commentaire