Le journal extraordinaire d’une danseuse tunisienne / 36

Deux semaines plus tard, je n’étais toujours pas allée en cours de danse. Je me sentais toute bizarre, triste, déprimée. Le médecin avait dit que ce n’était pas très grave, juste «  une petite entorse » avait-il dit. Mais ce qu’il avait appelé «  petite entorse » signifiait une vraie catastrophe dans la vie d’un danseur ! Vous imaginez deux semaines sans cours de danse ?! C’était juste horrible ! Et ce n’était pas encore fini, le docteur m’avait interdit de danser pendant un mois !

J’avais dû rester cloitrée à la maison à regarder des vidéos de danse en pleurant (ou presque), j’avais peur que ça s’aggrave et que je ne puisse plus jamais danser ! Mais heureusement pour moi, quand un mois s’écoula enfin, je repris mes cours ! J’étais toute contente, sautillant sur place, j’attendais avec impatience de pouvoir enfin danser, sentir mes muscles travailler, discuter avec mes copines… Bref ! Toutes ces choses qui m’avaient tant manqué pendant cette longue période si triste.

Dès que j’avais pénétré les vestiaires,  une foule de filles m’étaient tombées dessus en s’écriant « Aichaaa ! Tu es enfin revenue ! » Je me sentais enfin comme dans « mon élément » dans ces petites vestiaires au milieu de mes amies en demi-pointes.

Plus tard, elles m’ont appris qu’elles avaient commencé le spectacle. J’ai dû apprendre la chorégraphie qui m’avait parue au départ plutôt compliquée mais qui s’était avérée incroyablement simple ! Ouf !

A suivre…

Cliquez ICI pour lire mes chroniques depuis le début

Ces articles devraient vous intéresser :

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire