Articles

Stage Virtuosité Toussaint 2012, Classique et contemporain (Graham)

Au Centre de Danse du Marais à Paris, du 29 OCTOBRE au 9 NOVEMBRE 2012, enseigné par Ghislain de Compreignac (classique Balanchine) et Maggie Boogaart (contemporain Graham).

Programme : http://data0.eklablog.com/ghislain-de-compreignac/mod_article54189735_5060afb168123.pdf?4600

1 ou 2 SEMAINES au choix : du 29 octobre au 2 novembre, et du 5 au 9 novembre.

TECHNIQUE – REPERTOIRE – CREATION

DANSE CLASSIQUE & DANSE CONTEMPORAINE GRAHAM

Choisissez votre dominante : Classique ou Contemporain :

Dominante classique : VARIATIONS, PAS-DE-DEUX

Dominante contemporaine : SOLOS, CHOREGRAPHIE

Conférences sur la préparation physique et mentale aux auditions et Spectacle final.

Professeurs :

Contemporain – GRAHAM : Maggie Boogaart, professeur agréé par l’école Martha Graham de NYC –

Classique : Ghislain de Compreignac, ex-soliste du Ballet du Nord (répertoire Balanchine) – www.ghislain-de-compreignac.com

Préparez de façon approfondie VOS VARIATIONS, mettez au point VOS PROPRES COMPOSITIONS CHOREGRAPHIQUES (solos), apprenez un PAS-DE-DEUX ET/OU DU REPERTOIRE CONTEMPORAIN.

Cliquez pour consulter le programme et bulletin d’inscription.

Contact :

www.maggieboogaart.com – 06 37 90 99 80 – maggie@maggieboogaart.com

www.ghislain-de-compreignac.com – 06 51 21 37 30  –ghislain2c@gmail.com

Stages de danse : les conseils d’une professionnelle !

Laura est danseuse professionnelle, elle a pris du temps pour vous livrer son expérience des stages, je lui laisse la parole :

Pour ceux qui souhaitent s’organiser un temps « danse » en juillet ou en août, il est parfois difficile de s’y retrouver. Voici quelques conseils pour choisir son stage.

Tout d’abord, commencez par analyser vos besoins et envies. Quels styles de danse je veux pratiquer ? Avec quels professeurs (si vous en connaissez) ? Dans quel objectif ? Où, géographiquement ? Quel budget je veux investir ? Combien de cours je veux prendre ?

Ces quelques paramètres vous dirigeront peut-être déjà vers un type de stage en particulier.

Il faut savoir qu’il y a plusieurs types de structures qui organisent des sessions l’été.

Tout d’abord certaines écoles de renoms ouvrent leurs portes. C’est le cas de l’Ecole Rosella Hightower à Cannes par exemple, qui permet aux jeunes issus des formations mais aussi de danseurs de toute l’Europe de bénéficier durant quelques semaines de l’enseignement des professeurs et intervenants de l’école. Ces stages sont de très bons moyens pour se perfectionner et s’enrichir auprès de professeurs de renoms. Ils s’adressent à des jeunes danseurs et danseuses qui ont déjà de (très) bonnes bases de danse et qui souhaitent continuer à se perfectionner l’été en complément des cours qu’ils prennent dans l’année (en découvrant d’autres professeurs, méthodes de travail et des élèves dans le même désir qu’eux peut-être de se lancer un jour dans une carrière artistique).

D’autres stages sont organisés par des associations ou écoles régionales comme le stage de Voiron, Châteauroux, Nantes, Aix en Provence…). Ils peuvent correspondre autant à des danseurs amateurs ayant déjà une pratique régulière de la danse qu’à des professionnels. Les programmations sont diverses, on y trouve des techniques contemporaines, classique et jazz, mais aussi d’autres disciplines telles que la danse indienne, le flamenco, les claquettes, les arts du cirque, danse africaine (différent selon chaque stage).

Un grand choix de niveaux est proposé. Les classes se déroulent parfois dans des grands complexes sportifs ; selon la structure, le nombre d’élèves  dans les cours est limité ou non. Il faut éviter d’aller dans ces stages pour être corrigés et personnellement suivit par un professeur. Cependant ils sont l’occasion idéale pour  partir à la recherche de nouvelles gestuelles, et c’est une excellent préparation aux auditions : savoir bien se placer, capter rapidement les demandes du professeur, savoir s’adapter à des nouveaux styles. Certains stages permettent aussi de s’ouvrir à d’autres disciplines qui peuvent compléter le travail de l’année. Ces rendez-vous dans les stages internationaux sont vraiment un bon moyen d’allier plaisir et travail, à condition d’avoir déjà un minimum d’acquis pour se prendre en charge seul dans un cours de danse. C’est aussi un bon moyen de rencontrer de nombreux danseurs amateurs ou confirmés. Certains stages proposent après la journée de cours, des scènes ouvertes, spectacles ou concours, ce qui permet aux stagiaires internes de profiter de magnifiques soirées de danse.

La durée des stages est variable, en général sur une à plusieurs semaines. Il est possible de prendre des forfaits pour tous les cours ou des cours à la carte. Quoiqu’il en soit, un stage, peu importe la durée est toujours enrichissant pour une personne passionnée et désireuse d’aller voir un peu ce qui se passe ailleurs.

Pour les personnes qui, après cet article, seraient tentés pour une aventure de la sorte cet été, voici encore quelques petits conseils :

Tout d’abord, si c’est votre premier stage, et que vous appréhendez un peu, essayez dans vos connaissances de motiver d’autres passionnés pour partir avec vous. C’est parfois rassurant. A défaut, certains stagiaires s’informent par forum du stage qu’ils vont effectuer. Vous pouvez ensuite vous fixer rendez-vous sur le lieu du stage et vous rencontrer et partager cette semaine ensemble.

Après tout ça, si vous êtes au final quand même seul, ne vous en faites pas : entre les cours de danse et toutes les activités mis en place par la structure organisatrice, il n’y aucun doute : vous aurez énormément d’opportunités pour rencontrer de nouveaux compagnons de route, lier de nouvelles amitiés et certainement plus aucune minute pour vous ennuyer !

N’oubliez pas non plus quelques jours avant le stage de réactiver votre corps, si vous étiez en mode « vacances ». Pour que le retour à l’effort  (surtout s’il est intensif) ne soit pas trop douloureux, faites quelques exercices physiques, et étirements avant le stage. Vous pouvez la veille de votre départ, utiliser quelques produits à base d’arnica (granules, huile) ou les comprimés « sporténine » (homéopathie traditionnelle) pour prévenir les courbatures !