Articles

Test : La Pointe Numéro 2 de Sansha

Ce mois-ci je teste pour vous La Pointe N°2 de chez Sansha. La Pointe est une gamme complète de chaussons,  numérotés de 1 à 6 (sauf que curieusement il n’y a pas de n°4…)

1/ Le look :

Un aspect impeccable pour ces pointes : j’aime beaucoup la semelle extérieure avec ses impressions dorées, sa couronne et ses dessins en arabesques ainsi que les plis du satin absolument nickels et bien plats.

la-pointe-numero-2-sansha1

Le satin a une teinte plus rosée que chez Bloch ou Freed, qui tirent sur le jaune/orangé, et il est un peu plus foncé que les Grishko. On reste très loin du rose bonbon, aucun souci.

Ces pointes sont livrées avec un élastique pré-cousu d’un seul côté.

2/ Principales caractéristiques :

La plateforme est vraiment large, très plate et carrée : idéale pour les danseuses qui ont besoin de beaucoup de stabilité en pointe. Voir photo : chez Bloch la plateforme est plus ronde, donc plus esthétique, mais aussi moins stable : « On ne peut pas tout avoir, ma bonne dame ! »

la-pointe-numero-2-sansha4

Différence de couleur et différence de plateforme mises en évidence

Le cordon de serrage est élastique.

L’empeigne est en V et de hauteur moyenne : 1 petit centimètre plus basse que les Bloch.

Un coussinet de mousse est collé sous le talon, c’est la première fois que je vois ça dans des pointes. De plus, le boitier est doublé d’une fine couche de mousse et la semelle intérieure est très douce, ce qui fait qu’il est très agréable de chausser ces pointes. Les danseuses qui ne portent pas d’embouts apprécieront.

la-pointe-numero-2-sansha2

Voyez le coussinet de mousse à l’arrière

Le boitier est de forme plutôt carrée. Je ne pense pas qu’il plaise aux pieds de type égyptien.

Le talon est bas, c’est à dire peu emboîtant et adapté aux talons fins.

Comme souvent chez Sansha, ces pointes sont ultra silencieuses. J’ai pu les utiliser sur mon parquet, chose que je m’interdis habituellement pour ne pas fâcher mes voisins du dessous !

3/ La semelle :

La semelle est de longueur 4/5 : le cambrion s’arrête juste avant le talon (voir photo). Pour simplifier, c’est à peine plus qu’une semelle 3/4.

la-pointe-numero-2-sansha3

Semelle 4/5 qui s’arrête au niveau du pli sur la photo

L’avantage d’une semelle 4/5, c’est d’éviter que la semelle se casse en son milieu, ce qui donnerait un pied en banane, et ça améliore la longévité des chaussons.

L’inconvénient, c’est que le 4/5, comme le 3/4 ne va pas à tous les types de pied (cliquez pour comprendre pourquoi) : c’est à éviter pour les danseuses qui ont des pieds peu voûtés comme moi. Ces modèles nous empêchent de monter complètement sur nos pointes et retiennent nos petits cou-de-pied en arrière. Attention : je ne dis pas que c’est un défaut de ces chaussons, seulement il faut savoir les adopter avec discernement (et si besoin, regarder du côté de La Pointe N°1).

La dureté :

Semelle annoncée « dure » dans le catalogue : pas tant que ça honnêtement, elles sont comparables aux Grishko 2007 Pro en semelle souple ou aux Bloch Axiom, pas plus.

4/ La taille :

J’ai pris une taille 10 pour mon 39 en pointure de ville. Ça me permet de porter La Pointe N°2 avec des embouts en silicone. (Attention car dans le guide des tailles, un 10 Sansha est un 40 en taille européenne. Vous me suivez ?)

5/ Le prix :

59,90 € : dans la moyenne du marché.

Où les essayer : Chez Sansha, 52 rue de Clichy, 75009 Paris.

6/ Problèmes et améliorations possibles :

  • Avant de porter ces pointes, je les ai préparées comme à mon habitude : en malaxant la semelle là où je souhaite qu’elle plie sous ma voûte. Or, sans forcer, les clous avant se sont déboîtés immédiatement. Allez-y très doucement ou tout simplement… ne faites pas comme moi !
  • On aimerait des cordons de serrage qui sortent du côté du chausson, et non sur le dessus du pied : ça fait un mal de chien à cet endroit là, toutes les danseuses vous le diront. Gaynor Minden a adopté cette technique depuis longtemps, comme quoi c’est possible Wink Une suggestion gratuite qui s’adresse à tous les fabricants de pointes.
  • Pourquoi les fiches du site internet sont-elles en anglais ?
  • La suggestion totalement personnelle : donnez-moi ces mêmes pointes en semelle 3/5 et je serai comblée ! C’est vrai quoi, pensez qu’il y a des milliers de danseuses amateurs qui ont comme moi un pied vraiment… moyen, et qu’on aimerait bien le mettre en valeur quand même… La mode actuelle est de nous vendre des semelles pré-cambrées de longueur 3/4 (ou 4/5), ça part d’un bon sentiment (je crois?) mais ça a l’effet inverse sur nos pieds…

7/ Conclusion :

J’ai apprécié les finitions de ces chaussons, leur grand confort et leur silence. Si votre pied répond aux critères de ces chaussons, vous les apprécierez sans le moindre doute. Sinon, la gamme La Pointe comporte 5 modèles différents avec des variantes de forme et de dureté, tout en gardant ce chaussant doux doublé de mousse, et très silencieux. Peut-être y trouverez vous votre bonheur. Je trouve que ça mérite d’essayer.

 

Alors, êtes-vous tentée ? Pour celles qui les connaissent, qu’en pensez-vous ?

N’achetez pas vos pointes trop dures

C’est un constat sans appel : dans tous les cours de danse amateur, la plupart des élèves portent des pointes aux semelles bien trop dures par rapport à leur force. Cela donne des danseuses qui luttent avec leurs pointes, alors que les pointes devraient être une prolongation du pied, tout comme un gant vient embrasser une main. Les symptômes principaux sont :

  • une montée sur pointes sans passage fluide par la demi-pointe,
  • une descente de pointe saccadée, sans contrôle et sans demi-pointe, comme si la danseuse s’effondrait. Généralement on la voit accuser le coup dans le buste.
  • des danseuses qui n’arrivent pas à monter totalement sur la plateforme de la pointe, et qui vont monter plutôt sur l’arête inférieure de la plateforme.
  • des genoux pas assez – ou pas du tout – tendus.
  • des pieds « en fer à repasser », c’est à dire pas assez pointés.
Aïe aïe aïe !

Aïe aïe aïe !

Dans ces conditions-là, la pratique des pointes est particulièrement frustrante : ça donne une danse saccadée et souvent, des danseuses qui ont la trouille… et je ne vous parle pas de l’absence de technique classique. On est loin du plaisir que la danse peut procurer !

Il serait bon que la tendance s’inverse. Les pointes nécessitent un apprentissage à la barre d’abord, avec des exercices qui visent à renforcer les chevilles et les arches des pieds et à maîtriser un déroulé fluide de la demi-pointe à la pointe et inversement. C’est seulement une fois qu’on maîtrise ces points-là qu’on devrait passer au milieu avec des exercices simples.

Ce travail fondamental ne peut être fait correctement qu’avec des pointes adaptées. Les semelles trop dures font tenir la danseuse sur pointe artificiellement, c’est le chausson qui fait le travail et pas la danseuse. Dans ce cas, le travail musculaire ne se fait pas. Pire, la cheville peut se retrouver en souffrance, forcée dans une position qui écrase ses composantes. Pensez-vous que ça fasse progresser ? Non, on est d’accord.

Rappelons que ce n’est pas le chausson de pointe qui doit faire tout le travail, c’est juste un soutient !

Alors pourquoi la majorité des filles achètent-elles des pointes trop dures ? J’imagine que c’est pour un argument économique : vous entendrez souvent dire que vous garderez plus longtemps des chaussons un peu durs. Vus tous les inconvénients listés ci-dessus, trouvez-vous que ça en vaille la peine ?

La vérité c’est que ce phénomène ralentit considérablement les progrès des danseuses. C’est très dommage ! Personnellement, je ne trouve pas normal que des danseuses gardent une même paire de pointes pendant un an ou deux. A la rigueur quand c’est une première paire vers 12 ans et qu’on en fait 15 minutes par semaine. Mais à part ce cas-là, c’est qu’il y a un problème !

Perdue dans le labyrinthe des pointes ?

On est presque toutes dans le même cas Grin Pour vous aider à vous y retrouver, je vous propose le tout nouveau « Guide des marques et modèles de pointes » de Passion Ballet.

On l’a fait avec beaucoup de temps et d’amour, et on compte sur vous pour compléter ou rectifier gentiment les données publiées Laugh

Vous y trouverez donc actuellement les descriptions de 72 modèles de pointes de 16 marques différentes, le tout le plus à jour possible, avec des nouveautés comme les Merlet N°2 ou Mira par exemple.


Merci qui ? Heh