Il y a mille façons d’être danseur

Sur Passion Ballet, vous êtes nombreuses à ne rêver que de danse classique sur la scène d’un Opéra connu. Une voie qui offre malheureusement très peu de débouchés. L’heure est aux danseurs polyvalents et mobiles, pour des opportunités de carrières plus larges.

Je pense à ça car j’ai repéré ce clip hier à la télé : Ma Bataille, de la comédie musicale Adam & Eve. Pas pour la musique, mais pour les scènes qui le constituent : tournées dans un studio de danse, avec la troupe de danseurs en répétition. Pour beaucoup ces danseurs ne rentreraient pas dans le moule du ballet, il n’empêche qu’ils sont professionnels et ces quelques images montrent qu’il y a du niveau !

Je connais des danseuses qui sont passées autant par les scènes classiques que par les plateaux de télévision ou les cabarets. A méditer donc, pour toutes celles et ceux qui rêvent de carrière Grin

Ces articles devraient vous intéresser :

Ce contenu a été publié dans Vidéos, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Il y a mille façons d’être danseur

  1. visiteur dit :

    La chanson n’est pas vilaine. C’est de l’Obispo. Faut aimer les intonations vocales du musicos amateur qui se la joue chanteur vedette dans sa chambre, la tête renversée, un micro à la main.
    Le plus beau était le passage au piano, assez romantique. Joli contraste entre les sonorités électriques de la guerre et la mélodie de la paix. Pour ce passage, j’aurais préféré ne voir que des danseuses exécutants des pas de danse classique; avant que les danseurs tribaux ne viennent marquer le coup. La vidéo aurait bien concordé avec la musique.
    Autrement je me dis qu’en voyant ça, les Américains s’amuseront gentiment de ces Frenchies qui se la jouent en multicolor, à la New-yorkaise. Chanson à la française mais vidéo clip à l’américaine.

    Les danseurs montrés dans ce clip doivent passer leur temps à courir les auditions, entre deux contrats pour deux ou trois journées. Ils doivent bien fumer, ceux-là, pour calmer les angoisses des fins de mois a little bit hard.

  2. visiteur dit :

    Deux articles très instructifs, puisqu’ils parlent de ce que les gens cachent le plus: de revenus

    Marie, 23 ans, danseuse, serveuse, tout juste proprio, 2200 € par mois
    Léa Lescure | Journaliste
    http://www.rue89.com/rue89-culture/2012/01/17/marie-23-ans-danseuse-serveuse-tout-juste-proprio-2200-eu-par-mois-228208

    Un lien contenu dans le précédent article:

    Comment les solistes du ballet préparent avec attention leur deuxième vie
    Léna Lutaud Mis à jour le 11/07/2008 à 10:38 | publié le 11/07/2008 à 10:37
    Finie la retraite difficile à 42 ans. Désormais aidées par l’Opéra de Paris, les stars de la danse se reconvertissent avec succès.

    http://www.lefigaro.fr/culture/2008/07/11/03004-20080711ARTFIG00375-comment-les-solistes-du-ballet-preparent-avec-attention-leur-deuxieme-vie-.php

  3. visiteur dit :

    Une autre problématique: la grossesse

    Danseuses, cachez cette grossesse qu’on ne veut pas voir !
    Léa Lescure | Journaliste
    16/01/2012 à 16h26

    L’anecdote est bien connue dans le métier : en 1835, Marie Taglioni, ballerine adulée tombée enceinte, justifia son absence de la scène pendant plusieurs mois par un « mal au genou ».

    C’était il y a bientôt deux siècles. Aujourd’hui, les danseuses n’ont plus à accuser un « genou » capricieux, même en danse classique, forme exigeante et rigoriste – bien que pour des questions de carrières, les ballerines choisissent plus souvent d’enfanter vers 40 que vers 20 ans.

    http://www.rue89.com/rue89-sport/2012/01/16/danseuses-cachez-cette-grossesse-quon-ne-veut-pas-voir-228408

    Des liens contenus dans l’article:

    Tu danseras dans la douleur
    Le 15 février 2011 à 16h00
    L’Ecole de danse de l’Opéra de Paris s’est récemment dotée d’un médecin du sport. Mais l’idée séculaire qu’une ballerine doit souffrir en silence a encore la vie dure…

    http://www.telerama.fr/scenes/tu-danseras-dans-la-douleur,65449.php

    Aurélie Dupont , la belle étoile
    Par Géraldine Catalano (L’Express), publié le 12/02/2010 à 16:30

    A l’affiche de La Dame aux camélias, au palais Garnier, la plus célèbre de nos danseuses étoiles évoque sa récente maternité, sa passion pour la danse, et le plaisir qu’elle aura bientôt à troquer les pointes contre les stilettos.

    http://www.lexpress.fr/culture/scene/aurelie-dupont-la-belle-etoile_848691.html

  4. visiteur dit :

    C’est pas mon truc mais si ça intéresse quelqu’un:

    « Alors que le festival Suresnes Cités Danse fête ses 20 ans, retour sur l’évolution d’un genre qui ne fait pas encore l’unanimité. »

     »
    Angelin Preljocaj, star du contemporain, a enfin accepté de se prêter au jeu cette année : « Au début, je trouvais étrange cette idée de faire appel au contemporain, comme pour donner à la danse hip-hop une certaine légitimité. J’avais l’impression qu’on ­ensemençait par la pensée cette danse des quartiers. Durant vingt ans, j’ai ­refusé. Je crois qu’actuellement, avec les nominations de ­chorégraphes hip-hop à la tête d’institutions, les choses sont différentes. Et, pour moi, il s’agit plus d’apprendre avec ces danseuses que de donner une leçon. »
     »

    http://www.parismatch.com/Culture-Match/Musique/Actu/Hip-hop-l-age-de-raison-373753/

Laisser un commentaire