Le journal extraordinaire d’une danseuse tunisienne / 28

Quelques semaines après la fête de fin d’année et l’examen, alors que j’étais assise tranquillement chez moi devant mon ordinateur regardant des vidéos de danse à ne plus en finir, mon amie, Leila m’a appelée pour annoncer que c’était le jour de départ d’Alain, l’avion décollait à 15h35. Elle voulait que je l’accompagne,  à l’aéroport. « On pourrait lui faire une belle surprise, m’avait-elle dit. Azza, Balkis et les deux jumelles, y vont aussi!  ». Au début, je m’étais dit que  ce serait trop dur, que cette fois-ci je ne pourrais point retenir mes larmes, ce serait trop douloureux. Mais je voulais le revoir, une dernière fois, il fallait qu’il sache à quel point on l’aimait, combien on tenait à lui !

Il était midi, ma mère m’a demandé de prendre mon déjeuner d’abord puis elle me déposerait chez Leila et c’est la mère de cette dernière nous emmènera. Après une petite salade, et j’ai filé.

Le chemin avec Balkis s’était déroulé très lentement, aucune de nous n’avait prononcé un mot, trop occupée à mémoriser ces précieux instants, ces instants uniques, à chaque fois où il était là, à chaque fois où qu’on avait ri ensemble, à ses petites blagues faisaient apparaître  ce grand sourire sur notre visage…

Une demi heure s’écoula dans un silence absolu puis soudain, un klaxon de voiture coupa court à mes pensées.

On était enfin à l’aéroport. C’était archi plein, il y avait beaucoup d‘embouteillages !

Tout à coup, mon téléphone s’était mis à vibrer dans ma poche. Je l’ai pris, les mains toutes tremblantes. C’était Héla, une des jumelles ! Elle nous informa qu’il était trop tard, Alain était déjà rentré dans la salle d’embarquement et fermé son téléphone !

J’ai donné le téléphone à Leila, incapable de prononcer un mot . Puis, une idée me vint en tête !

« Appelle Balkis ! Avais-je proposé à Leila ! Tu m’avais dit qu’elle venait aussi ! Peut-être que les jumelles se sont trompées, peut-être n’est-il pas encore parti ! Peut-être pourra-telle le retenir un peu plus ! »

« Non, avait-elle répondu désespérée, elle m’a envoyé un sms tout à l’heure pour me dire qu’elle était à en vacances Sousse, mais qu’elle s’était réveillée tôt le matin pour prendre le train jusqu’ici exprès, juste pour voir Alain, mais c’était complet !  »

La mère de Leila nous dit alors d’une voix désolée : « Les filles, dans ce cas là,  je crois qu’on devrait rentrer, il serait inutile de faire tous ces bouchons pour rien ! »

Rentrer ?! Impossible !! On n’avait pas fait tout ce chemin pour rien ! Non ! On devait le voir ! Dans le pire des cas, on prendra un ticket d’avion  et on le suivra ! Non ! Il ne pouvait pas partir comme ça sans nous dire au revoir, à dieu peut-être…

à suivre…

Cliquez ICI pour lire mes chroniques depuis le début

Ces articles devraient vous intéresser :

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire