Le journal extraordinaire d’une danseuse tunisienne / 22

-Eh bien, avait répondu Alain calmement, Hiba, qui était sensée faire le rôle de la fée en violet,  s’est malheureusement cassé le dos, commença-t-il.

-Aie ! La pauvre ! Répliquais-je en toute sincérité.

-C’est pourquoi j’ai décidé de …

Allait-il m’attribuer le rôle ? Mon rêve allait-il enfin se réaliser ?

-C’est pourquoi j’ai décidé de t’attribuer le rôle, avoua-t-il à ma plus grande joie.

-Merci, dis-je en affichant un air très calme alors qu’au fond de moi, j’avais envie de lui sauter dans les bras et de le remercier encore et encore !

Ainsi, je rejoints ma place sur la barre de gauche comme à mon habitude, mes amies me demandaient ce qui se passait du regard en me voyant sourire de toutes dents. J’avais envie de le crier sur les toits ! Je l’ai eu ! Je l’ai eu ! Je l’ai enfin eu !!

Leila, la plus curieuse d’entre toutes se dirigea vers moi, faisant mine de me demander de la colophane et en me chuchotant dans l’oreille : « Alors ? Raconte ! » « Je suis une fée ! Répondis-je toute fière » « Oh ! Mais c’est super ! S’exclama-t-elle ! Félicitations ma chérie !

Ainsi, elle court vite annoncer la nouvelle aux autres, je n’entendais alors que des « Bravo! « Félicitations, Aicha ! » « Félicitations ! C’est vrai que tu as fait de grands progrès, tu le mérites ! »

J’ai regardé alors mon professeur pour voir s’il s’était aperçu que j’avais vite répondu la nouvelle mais lui aussi me regardait tout fier, souriant, on aurait cru qu’il me disait, lui aussi «Félicitations», je lui répondis avec un merci du regard,  et me retournais…

Un mois après, nous avions commencé les répétitions du spectacle et nous, les fées, on avait un cours de plus par rapport aux autres avec la nouvelle professeur «  Nicole » pour répéter nos solos, c’était le Samedi après-midi avant le cours de Jazz.

Et pendant l’un de ces cours, Mme Sylvie était venue, elle nous avait demandé si l’une d’entre nous voulait bien devenir assistante d’un des professeurs  faire afin de pouvoir enseigner dans le futur. J’avais de suite levé la main. Mais deux autres aussi l’avaient fait… Le choix s’imposait ! Elle avait commencé tout en réfléchissant : «  J’ai besoin de quelqu’un qui soit gentil et qui ait beaucoup de sang-froid…, avait–elle dit en nous regardant une à une dans les yeux afin de faire son choix…  »

à suivre…

Cliquez ICI pour lire mes chroniques depuis le début

Ces articles devraient vous intéresser :

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire