Critiquer ou dire du mal ?

Un billet d’humeur aujourd’hui !

Je suis énervée par des messages que j’ai lu sur un forum dédié à la danse classique (rien  à voir avec Passion Ballet). Dans un sujet, on poste les vidéos d’une danseuse ado amateur : au début tout va bien : « elle est gracieuse », « enfin une danseuse qui n’est pas maigre ».

Puis ça part vers… « quelque chose me dérange », « elle est un peu molle » ; après on glisse vers… « elle a perdu de la grâce » (entre ses vidéos postées à 12 et 13 ans!), « elle ne me touche pas », « je  n’aime pas trop », sans compter le vicieux « elle a pris du poids » ; et on arrive sur « je n’accroche pas du tout » pour finir sur… « je n’aime pas du tout ».

Alors premièrement, il faudrait savoir : comment, en dix messages, passe-t-on de « gracieuse » à « molle » et « j’aime pas du tout » ?

Deuxièmement, dites moi à quoi ça sert ? On critique une ado, amateur, qu’on ne connaît pas, tout en publiant son nom complet sur Internet ? Ok, et après ?

J’en arrive au but de mon message : apprenez à distinguez la différence entre « critiquer utile » et « dire du mal ». Dans l’exemple que j’ai pris, les gens disent du mal, pensant que leur opinion a une grande valeur et que tout le monde doit la connaître. Pourquoi ? Flatter son ego peut-être ?

S’ils prenaient le temps d’analyser pourquoi une vidéo ne les touchent pas, on pourrait avoir une discussion intéressante : en détectant ce qui ne nous touche pas, on peut se poser des questions sur sa propre manière de danser et comment l’améliorer. C’est une manière de progresser en danse. Tout comme faire le contraire, c’est à dire se demander pourquoi une danseuse nous plait particulièrement, essayer de décrypter comment elle fait pour l’appliquer à soi-même.

Suite à ma réaction sur ce forum, une ado répondait : « on peut pas aimer tout le monde ». C’est vrai, on ne vous a jamais demandé d’aimer tout et tout le monde. Vous avez le droit de penser ce que vous voulez, de ne pas aimer, vous êtes libre. Je vous rappellerai juste un élément essentiel pour vivre en société : « Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait ». Vous aimeriez que des inconnu(e)s disent du mal sur vous et que leurs propos restent gravés sur le net pour des années et des années ?

Alors quand quelqu’un pense que son opinion (négative) sur une danseuse mérite d’être publié et lu par des milliers de gens, j’aimerai bien qu’il se creuse la tête pour nous expliquer pourquoi. Sortons du « j’aime / j’aime pas et c’est comme ça » qui tient du réflexe de base. Critiquer positif, c’est s’ouvrir à soi-même la porte vers le progrès.

Ces articles devraient vous intéresser :

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Critiquer ou dire du mal ?

  1. visiteur dit :

     » les gens disent du mal, pensant que leur opinion a une grande valeur et que tout le monde doit la connaître. Pourquoi ? Flatter son ego peut-être ? »

    Aussi simplement qu’ils ont besoin de se vider les intestins ou de sortir leurs poubelles. S’ils veillaient à ce qu’ils mangent, le contenu de leurs intestins et de leurs poubelles ne seraient pas répugnants, mais naturels. Mais que peut-on attendre comme déchet verbal de ceux qui se gavent de télé poubelle, de religions qui diabolisent et culpabilisent, etc.?
    Il y a aussi le mimétisme et le conformisme. Ceux qui dominent le monde imposent leur mode de vie et de pensée, en l’occurrence celui basé sur la prédation, la destruction, la mise à mort d’autrui, l’élimination des défectueux, des faibles. Ceux qui veulent être au-dessus de la masse moutonnière reprennent à leur compte les procédés des prédateurs-destructeurs. Et ceux qui sont en dessous ont appris qu’ils doivent faire comme ceux qui sont au-dessus, pour ne pas être la proie de leur malice. Alors ils se mettent à hurler avec les loups pour se donner l’air des loups et ainsi s’éviter d’être attaqués par les loups. Ils pourraient s’abstenir sur le net, mais ils ont tellement intégré ce comportement dans la vie réelle, qu’ils le reproduisent machinalement.
    Enfin, tout cela relève de la psychiatrie. Enfermer ou neutraliser les nuisibles, les malades mentaux, des pervers, impliqueraient de transformer le monde en asile. A défau de raisonnablement le pouvoir, ceux qui le peuvent cherchent à se prémunir des malfaisants, en allant sur les sites où la modération ne tolère pas le mauvais esprit, ou dans les lieux réels équivalents.

    Pour progresser dans un domaine, il faut progresser humainement. On ne fait rien de bon si on a trop de mauvaises choses en soi. L’enseignement qui se focalise sur la technique en faisant l’impasse sur l’humain est un enseignement qui sert à programmer des machines, pas à former des humains.

    Tout ça, c’était juste pour montrer combien j’aprouve ce billet. Laugh

  2. BeHappy dit :

    Justement, c’est moi la créatrice du topic sur Alexandra Malleval. (vu que je trouvais qu’elle avait une très bonne technique) Après il y avait une fille qui disait qu’elle avait pris du poids et qu’elle n’aimait pas du tout cette danseuse. Puis vu que des gens on réagis à cette remarque et qu’elle s’est excusé après en disant qu’elle n’aimait pas ne savant pas pourquoi, je lui ai juste répondu que l’on ne pouvait pas aimer tout le monde.
    Sinon tout ce que tu dis je suis totalement d’accord on peut voir dans la jalousie dans certains poste. ( ce que je trouve, pas du tout étonnant)

  3. Nyny dit :

    Tout à fait d’accord avec toi!

  4. judanse dit :

    Lylie, tu , n’as jamais pensé à être journaliste? J’adore ton style d’écriture ! Wink

Laisser un commentaire