Le journal extraordinaire d’une danseuse tunisienne / 19

Trois spectacles, trois rôles en une seule et unique année :

Malgré toutes ces difficultés, j’ai quand même eu trois rôles ou plutôt deux rôles et demi ( je ne sais pas si ça se dit mais vous comprendrez plus tard pourquoi le demi) dans le spectacle qui s’intitulait  « La belle au bois dormant ». Je crois que ce n’est pas la peine que je vous raconte l’histoire, à priori on la connait tous n’est-ce pas ?

Le premier rôle était celui qu’on faisait toutes ensemble, tout notre au grade au grand complet. On était les «  petites amies » d’Aurore. On avait de jolis tutus turquoises avec des bretelles en perles blanches.  Il y a avait aussi mon rôle préféré c’était les tricoteuses. On était six et la fée Carabosse nous donnait des fils et des aiguilles pour qu’on entre avec dans le château. On danse avec pendant un moment puis le chambellan nous découvre ! Il nous confisque de suite nos aiguilles et c’est là qu’arrivent le roi et la reine, le surprenant avec des aiguilles dans les mains ! Mais le chambellan se dépêche vite de leur expliquer, et c’est là que le roi décide de nous condamner à mort  puisque les aiguilles et toutes les choses piquantes étaient interdites dans le château ! Mais comme on était de petites filles, on ne connaissait point cette règle, on ne pensait qu’à jouer et c’est comme ça que la fée Carabosse nous avait prises au piège ! Heureusement pour nous, la reine a eu pitié de notre sort et a convaincu le roi de nous laisser partir ! Ouf !

C’est vrai que raconté comme ça, ça a l’air d’être une longue scène mais en fait elle ne dure pas plus de trois minutes ! Mais ce qui me plaît dans ce rôle c’est que c’est un beau mélange entre la danse et le théâtre ! C’est très amusant ! Parfois on court toutes effrayées, puis on est sur le point de pleurer et après on est toutes contente ! Ca change des rôles habituels !  Quant à nos costumes, nous avions de longues jupes de couleur foncée avec un haut vert et un tablier de la même couleur et pour couronner le tout, nous devions porter un foulard marron. Une vraie petite tenue de paysanne toute mignonne !

Quant au demi rôle, nous étions juste trois à le faire. Nous étions les nourrices avec les costumes des tricoteuses mais sans le foulard. Ca consistait à marcher, marcher, marcher et encore … marcher pour faire tout le tour de la scène afin de montrer le bébé « Aurore » à la cour, au roi et à la reine, puis, on devait le mettre dans son berceau rose et rester là plantées à ne rien faire. Je ne sais guère si on peut appeler ça un rôle mais en tous cas je l’aimais beaucoup puisqu’il me permettait d’assister  au  premier acte. Ce qui n’était point chose accise pour tout le monde, puisqu’après avoir dansé, on se retrouvait toutes obligatoirement dans la grande salle de répétition où on n’avait ni le droit  de parler ni de bouger, ni de respirer (ou presque) bref ! L’horreur totale ! (J’exagère à peine)

à suivre…

Cliquez ICI pour lire mes chroniques depuis le début

Ces articles devraient vous intéresser :

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire