Le journal extraordinaire d’une danseuse tunisienne / 18

Mais par malchance, « Coppélius » le surpris, il se sert donc de sa magie noire pour insuffler l’âme de « Frantz » dans sa chère poupée. « Swanlinda » joue le jeu et ses mouvements de marionnette deviennent de plus en plus humains. Mais elle en profite pour donner quelques bons coups de pieds à son fiancé afin que celui-ci se réveille puisqu’il était complètement assommé. Au bout de quelques minutes, il se réveilla enfin et ils révélèrent la vérité à « Coppélius », et partirent. Le pauvre, c’était pour lui un choc terrible ! Il était si heureux que sa poupée était devenue humaine !  Et  là, tout d’un coup il découvrit qu’en fait rien de tout cela n’était vrai !

Des pointes et un tutu:

Comme l’indique le titre, c’était mon premier spectacle sur pointes et avec un tutu! C’était en fait mon premier « vrai » ballet de danse ! On jouait le rôle des demoiselles d’honneur pour le mariage de Frantz et de Swanlinda ! J’étais tellement excitée !

Heureusement, cette fois par contre ça s’était bien passé ou du moins, je n’étais pas rentrée de la mauvaise coulisse et je n’ai écrasé le pied de personne ! (pas que je le sache en tous cas)

Mais on avait un peu trop attendu avant notre entrée sur scène, notre valse était au dernier acte ! C’était horrible !  Mon tutu me piquait de partout, le  maquillage, lui, s’enlevait peu à peu et le pire de tout, c’était ces petites mèches de cheveux rebelles qui osaient montrer le bout de leur tête du chignon pour lequel j’avais passé deux heures chez la coiffeuse !

Et par-dessus tout, mes pointes me faisaient horriblement mal ! Ca me faisait toujours ça quand je les portais trop longtemps et que je ne faisais rien avec ! Pas vous ?

Une heure de plus de torture et j’entrais enfin sur scène. Il est vrai que mes pointes me faisaient vraiment mal quelques secondes plus tôt et que je n’arrivais plus à faire aucun pas, mais au moment où j’entrais sur scène, je ne sentais plus rien de cette douleur, les pas se faisaient tous seuls comme par magie… C’était celle du spectacle…

Pas si facile que ça…

L’année suivante, j’étais passée en grade supérieur  1. On était désormais le groupe juste en dessous des plus grandes, d’ailleurs, celles-ci faisaient parfois le cour avec nous (le plus souvent c’était le Samedi)

C’était là la plus dure année de toutes ! Et du côté de mes études qui devenaient de plus en plus dures, et du côté de la danse qui se trouvait être, elle aussi encore plus ardue !  J’étais partagée entre les deux, je ne savais plus quoi faire ! Est-ce que je devais abandonner la danse et me consacrer seulement à mes études ou bien au contraire devais-je «  abandonner » mes études et consacrer tout mon temps à ma passion ? Le choix était réellement difficile ! En fin de compte, je ne pris ni l’un ni l’autre, j’ai décidé de faire les deux en même temps, c’était une grosse erreur puisque je ne réussis ni dans l’un ni dans l’autre.  Dans mes études, ma moyenne avait tristement baissé d’un seul coup et du côté de la danse, je devenais de moins en moins souple puisque la souplesse, ça se travaille tous les jours, mais pour moi, ce n’était point possible avec tous ces cours du matin au soir !  Je crois que c’était la pire chose qui pouvait m’arriver, voir les autres progresser et moi rester au même point de départ  ou pire même, je reculais!

à suivre…

Cliquez ICI pour lire mes chroniques depuis le début

Ces articles devraient vous intéresser :

4 réponses
  1. Mona
    Mona dit :

    Coucou,
    Ton histoire est super, est-elle fictive ?
    Si oui, elle est très bien écrite.
    Mais si je peux me permettre, c’est « Swanilda » et pas « Swanlinda » comme tu as pu l’écrire à plusieurs reprises.
    Bref, continues à enrichir ton site qui est super est très riche en informations pour les danseuses.
    A bientôt.

    Mona.

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire