Le journal extraordinaire d’une danseuse tunisienne / 6

Des semaines passèrent après mon premier cours et je m’habituais peu à peu à cette discipline qu’imposait la danse.

Un mercredi après-midi, alors qu’on avait terminé la barre et qu’on s’apprêtait à passer au milieu, la maîtresse m’avait appelée afin de m’annoncer que j’avais fait des progrès et que j’étais désormais à la hauteur pour faire avec eux le spectacle ! Mais ensuite, elle m’avait posé une question, qui, au départ m’avait semblée très bizarre (c’est le moins qu’on puisse dire). Elle m’avait dit : Bon, alors tu voudrais plutôt être un garçon ou une fille ?

Ne sachant point ce qu’elle voulait dire par là, j’ai compris sa question de la manière la plus simple possible. Je croyais qu’elle voulait me demander, que si j’avais eu à choisir, est-ce que je préférerais être plutôt une fille ou un garçon. Je commençais donc par analyser sa question et je finis par comprendre que si je lui répondais que je voulais être un garçon, elle croirait que je n’aime pas la danse, et se fâcherait contre moi puisqu’à cet âge là, je croyais que seules les filles faisaient de la danse classique. Donc, si je lui disais que je voulais être une fille, elle serait contente et saurait que j’aime la danse. C’est pour cette raison que j’ai choisi la deuxième proposition. Mais ce n’est qu’après quelques minutes que je compris le véritable sens de sa question…

*** à suivre ***

Cliquez ICI pour lire mes chroniques depuis le début

Ces articles devraient vous intéresser :

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire